READING

Thierry, l’écrivain globe-trotter aventurier...

Thierry, l’écrivain globe-trotter aventurier

Après avoir traversé tous les continents pendant plus de trente ans, Thierry rentre définitivement en France en 2005. Aujourd’hui, il se consacre entièrement à l’écriture de romans d’aventures pour lesquels il puise l’inspiration dans ses souvenirs.

nomad-blog-thierry-lecrivain-globetrotter-aventurier-3

Comment tout a commencé ?

J’ai rencontré l’aventurier Cizia Zykë dans un P.M.U. de la rue du faubourg Saint-Martin. Quand je lui ai tendu le manuscrit d’une de mes nouvelles, il a lu les premières lignes, feuilleté, parcouru encore quelques paragraphes au hasard et a dit : « C’est toi. » Il aurait pu dire : « Je viens de décider de t’emmener avec moi, aussi ton destin va-t-il basculer dans les minutes qui suivent, tu vas connaître le monde entier, les grandes ivresses, l’amour et le danger, et tu vas devenir écrivain d’une manière que tu n’aurais jamais imaginé. » Mais non. Juste : « C’est toi. »

nomad-blog-thierry-lecrivain-globetrotter-aventurier-9Qu’est ce qui t’a poussé à poursuivre ton aventure autour du globe ?

C’est qu’une fois parti, je me suis dit : « Pourquoi diable rentrer ? ». Et, je cherchais fortune, pardi !

Comment choisissais-tu les lieux de tes aventures ?

Repérer d’abord une auberge, avec des gens dedans. Là, boire un coup, parler, chanter et rire. Si les gens rient, c’est bon signe, signe que vous pouvez rester. S’ils ne rient pas, demander de quelle place partent les camions pour le prochain village au sud. Ou bien celui au nord, c’est selon.

Que préférais-tu dans cette vie d’aventurier ?

L’absence d’organisation ! Si j’avais voulu de l’organisation, je me serais présenté à un concours administratif : Aux Phares et Balises, par exemple. Il paraît qu’ils sont très forts, côté organisationnel. Si tu as décidé, dans la chaleur vigneronne d’une belle soirée, de partir vers l’orient à l’aube et si, matin venu, les parfums te semblent plus capiteux au sud, tu serais bien bête de te forcer à aller à l’est, parce que c’est « ce qui a été décidé ». Un voyage qui prévoit de se trouver ici le 12 et là le 14, ce n’est pas un voyage, mais une excursion. Nuance.

nomad-blog-thierry-lecrivain-globetrotter-aventurier4
Quelle est ta plus belle expérience ?

Avoir créé au Cambodge une troupe de saltimbanques, théâtre, théâtre d’ombres, danses, cirque, avoir construit avec les habitants un théâtre à Phnom Penh et tourné dans le pays pendant cinq ans. Que la troupe existe et vive encore de nos jours est mon seul titre de gloire.

nomad-blog-thierry-lecrivain-globetrotter-aventurier-10Un conseil pour les gens qui vivent dans la routine et veulent changer de vie ?

Change de vie. De quoi as-tu peur ?… D’avoir faim ? Ça passe. De te perdre ? C’est ce que tu cherches. De passer pour un clochard ? C’est un honneur. D’avoir des ennuis ? C’est le meilleur. De mourir ? Franchement, la belle affaire… Ce qui est autrement redoutable, c’est la perspective de se retrouver sur son lit du dernier soupir en ayant à se dire : « J’aurais pu… ». Ça, oui, ça fout la frousse.

Un conseil pour ceux qui se lancent dans l’aventure ?

Ne pas s’autoriser de billet de retour. Quand on se permet d’aller à l’autre bout là-bas, la moindre des choses est d’avoir en soi la force d’y trouver les moyens d’en revenir.

Et sinon, pourquoi as-tu choisi de devenir un écrivain d’aventures?

Je n’ai pas choisi. Mes premières ch’tites nouvelles ont été publiées dans des fanzines alors que j’étais encore enfermé dans un lycée. Des jobs de nègres ont suivi. Puis Zykë… La question d’un destin autre ne s’est jamais posée.

Parle nous de tes livres … Où tires-tu l’inspiration? Les personnages ?

Histoires, décors et personnages, je les puise dans mes souvenirs. Les mémoires de Haig dessinent, volume après volume, la personnalité complexe d’un homme follement attaché à vivre les grandes aventures de ses livres d’enfance en ce siècle si peu propice aux démentes entreprises.

nomad-blog-thierry-lecrivain-globetrotter-aventurier-5

Toi qui est écrivain globe-trotter aventurier, quel est ton livre préféré ?

The Adventures of Huckleberry Finn, Mark Twain,1884, traduction de Bernard Hoepffner, 2008.

Le mot de la fin ?

« Si le mot n’existe pas, invente-le ! » (Frédéric Dard).

EN SAVOIR PLUS

Si vous souhaitez en apprendre plus sur Thierry Poncet, on vous invite à consulter son site internet, son blog ainsi que ses livres d’aventures.

 


RELATED POST

  1. […] Après avoir voyagé pendant plus de trente ans, Thierry rentre définitivement en France en 2005. Il se consacre à l’écriture de romans d’aventures  […]

INSTAGRAM
KNOW US BETTER